Rencontre avec VULCAIN, en concert samedi à Serpaize !

1 octobre 8 h 29 min 0 commentaire Vues : 100

 

 

 

Cela ne doit plus être un secret pour personne, Vulcain est de retour !

Après une décennie de silence, les frères Puzio et Marc Varez répandent à nouveau la bonne parole du Rock N’Roll en France et même ailleurs. En concert au Serpaize en Rock, nous ne pouvions pas passer à côté de l’occasion de discuter de ce retour déjà bruyant avec les trois protagonistes.

 

 

Vous avez sorti un album en avril 2013. Avant cela, votre dernier album « Stoppe La Machine » remontait à 1998. Pourquoi aviez-vous cessé vos activités après ce disque ?

La fatigue… La fatigue d’un business en perte de vitesse. Les années 80 avaient été le top pour nous, mais les années 90 et surtout la fin des années 90 ont été beaucoup plus dures.

Il y avait peu de demandes pour nous faire jouer. A cela ce sont ajoutés d’autres problèmes. Donc nous nous sommes séparés et nous sommes occupés à autre chose.

 

Et voilà 3 ans que vous êtes de retour, qu’est-ce qui vous a donné envie de remettre le couvert ?

L’envie de rejouer ensemble… Surtout ça. Alors après, que ce soit dans Mr Jack pour Daniel ou dans Blackstone pour moi, tout le monde nous demandait ce qu’il en était de Vulcain. Alors évidemment, au début tu n’y penses pas trop mais quand au final, tu as des centaines de personnes qui te demandent de jouer du Vulcain, tu commences à prendre tout cela en considération.

 

L’une des dates les plus importantes de cette reformation a eu lieu au Hellfest 2010. Comment s’est passé ce concert matinal ?

C’est super bien organisé. Mais c’est clair que c’était tôt pour nous aussi !! Nous avons été super bien accueillis. Il y avait du monde, la scène était super. Et puis se retrouver avec Saxon et Motörhead…

Après comme tu l’as dit, c’était une date importante mais pas la seule. Il y a eu notre premier concert de reformation, à côté de Nancy où le public a été extra et aussi notre virée au Canada !

 

Ces dernières années de nombreux groupes français des années 80 se sont reformés. Est-ce que cela signifie que les conditions sont meilleures aujourd’hui ?

Non, je ne dirais pas ça. Le business est bien différent de ce qu’il pouvait être à l’époque de Rock N’Roll Secours par exemple. Nous ne faisons pas ça pour l’argent mais pour le plaisir de rejouer ensemble. Alors laisse moi te dire que si certains pensent qu’ils peuvent profiter du côté business de la chose, hé bien, ce sont des cons ! En plus, nous jouons du Rock N’Roll, nous pouvons passer partout. Mais pour ceux qui jouent une musique un peu plus vieillotte, c’est déjà plus dur.

 

Depuis vous avez également tourné dans d’autres pays francophones, en Suisse mais surtout au Canada ! Racontez-nous cette expérience canadienne !

Nous avons été super bien accueillis au Canada. Nous savions que nous avions des fans là-haut mais là, les gens étaient fous ! Nous avons blindé un club là-bas et les gens sautaient partout pendant le concert…

A la fin du concert, des fans nous ont amené les premiers vinyles de Vulcain, c’était hallucinant !

La Suisse, c’était quelque chose de spécial pour nous aussi, puisque nous avons enregistré certains de nos albums là-bas. L’ambiance était différente mais les concerts étaient bons aussi.

 

En France vous avez le statut de groupe culte mais on vous appelle toujours le « Motörhead français ». N’avez-vous jamais été dérangé par cette étiquette ?

Non, ça ne m’a jamais dérangé personnellement ! C’est même plutôt flatteur.

 

Merci à Fabrice et bien sûr à Vulcain pour cette interview.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire !

Vos soirées et sorties dans les Pays viennois et roussillonnais ...